lundi 27 mars 2017

STOOOP ! au harcèlement à l’école primaire

Dans le droit fil des deux spectacles Le goal s’appelle Julie sur les clichés fille / garçon et D’égal à égal sur les valeurs de la République, la Fédération de Paris Ligue de l’Enseignement nous a commandé un nouveau débat théâtral sur le harcèlement à l’école primaire que nous avons intitulé STOOOP !

Durant le mois de mars, une dizaine de représentations ont eu lieu dans différents centres d’animation du 19ème et 20ème arrondissement pour des classes de CE2, CM1 et CM2.

DSC02277

Très impressionnant de voir la formidable concentration des spectateurs devant les cinq scènes que nous jouons à l’aide des figurines créées par Sophie Tandel, notre scénographe-décoratrice, qui incarnent une classe entière.
Il faut dire que les cinq situations que nous relatons semblent très en phase avec les préoccupations des élèves.

Dans la première scène, Lilou doit annoncer à son père qu’elle n’a plus son équerre et son compas dans son  sac. Mais  elle  n’ose  pas avouer  que  c’est  son « ami » Lenny qui les lui a pris comme bien d’autres choses encore.

DSC02324

Dans la deuxième scène, Jackson, qui est rejeté par les autres élèves de la classe à cause de son statut social et de son habillement,  se venge sur un plus faible que lui, pour « être comme les autres ». Melha tente de lui expliquer qu’il y aurait certainement d’autres moyens de s’intégrer.

Dans la scène suivante, Leyla se plaint à son ami Romain d’être harcelée par les autres parce qu’elle est bonne élève. Celui-ci tente de la persuader d’en parler aux adultes. Mais elle n’en fait rien car elle a peur des représailles.

Dans la quatrième scène, Aïda est traitée de tous les noms par d’autres élèves qui se moquent de son physique et elle ne comprend pas pourquoi son meilleur ami Tom ne se désolidarise pas de ce groupe. Il lui dit sa crainte d’en être exclu et moqué à son tour.

La dernière scène se passe lors d’un départ en classe de neige. Dans le bus, Aline prend des photos du groupe avec son tout nouveau téléphone et elle en profite pour prendre une photo d’Alphonse en train de dormir. Elle veut la mettre sur les réseaux sociaux pour la transmettre à toute l’école. Alphonse tente de  l’en dissuader, mais sans succès.

Dans la salle et sur scène, le débat est d’une grande qualité et les interventions tant scéniques que verbales étonnent par leur remarquable maturité et leur grande sagesse.

DSC02275

Le spectacle est suivi de deux autres interventions organisées par la Fédération de Paris de La ligue de l’enseignement qui permettent aux élèves d’approfondir le sujet et d’écrire une charte de bonne conduite pour éviter le harcèlement.