vendredi 26 août 2011

On parle de nous dans la presse : Le Monde du 26/08/11

REPORTAGE DU MONDE

Un préservatif sur une banane en plastique

Article paru dans l’édition du 26.08.11

De quoi allons-nous parler ? », demande, innocent, David Chamalet, le meneur de jeu. Les lycéennes et lycéens de seconde réunis en cette journée du printemps 2011 dans une salle du lycée Claude Monet, à Paris, connaissent la réponse. Mais elle ne sort pas. La pièce, plus précisément le « débat théâtral », qui commence s’appelle Pas si simple… mais pas si compliqué non plus. David réitère sa question. « Les relations ? », suggère un filet de voix féminine. « Quel genre de relations ? » Une autre voix, masculine : « Les relations sex… » Vertige du silence. L’animateur regarde sa montre – « une minute et sept secondes ! » -, puis il lance une musique fracassante. Deux comédiens, un garçon et une fille, apparaissent. Marchant l’un vers l’autre, ils se détournent au dernier quart de seconde, s’élancent à nouveau, s’arrêtent, font des mines, courent… et jamais ne se rencontrent.



Le meneur de jeu reprend la parole, expliquant que la compagnie, dénommée Entrées de jeu, « se sert du théâtre comme d’un outil ». Ce travail s’inspire du Théâtre de l’Opprimé, créé dans les années 1970 par le Brésilien Augusto Boal. Dirigée par Bernard Grosjean, la compagnie affiche à son catalogue une dizaine de thèmes : drogue, alcool, violence, absentéisme, suicide, etc. David expose les règles de la séance. Dix scènes de quelques minutes vont se succéder, présentant autant de situations jouées par un couple d’acteurs. « Ensuite, on rejoue les scènes que vous choisissez, et vous intervenez. Contrairement à ce qui se passe dans la vie, on peut essayer sans risque ! » La méthode consiste à faire improviser les comédiens dans la direction donnée par le spectateur.

« C’est comme ça que tu t’habilles ? » La première scène illustre un machisme caricatural mais vraisemblable. La fille se défend : « Je me suis toujours habillée comme ça. » Le garçon : « Mais maintenant, t’es avec moi, c’est différent ! » L’assistance accroche, les scènes s’enchaînent sur un rythme enlevé. Celle du basketteur qui n’a pas une minute à consacrer à sa copine. Celle de la crise de jalousie. Celle du copain qui a « écrit sur son profil qu’il était gay »… La bonne humeur se mue en nouveau silence lorsque, les scènes terminées, le meneur de jeu s’enquiert des souhaits de l’assistance. Puis le basketteur et sa copine réapparaissent. « On peut se voir ? Ben non, j’ai un match… » Cette fois, un lycéen lève la main. « On l’applaudit, c’est le premier ! » Rejoint sur scène par une élève, il rejoue le dialogue. Il ne renonce pas à son match, mais la fille, condescendante, « l’autorise » à y aller. Résultat : les acteurs qui, après chaque dialogue, composent un tableau muet, le représentent tenu en laisse. La discussion roule sur le comportement des deux protagonistes. Une demi-heure plus tard, au fil des scènes, elle porte sans détours sur des enjeux plus intimes, mais toujours distanciés par le jeu théâtral. Après une séance de cinéma, la fille peut-elle se dérober au garçon, indigné qu’elle l’ait « chauffé toute la journée » ? Et que faire dans une stressante histoire d’infidélité et de préservatif cassé ? Le meneur de jeu dispense des informations précises.

Au fait, comment proposer le préservatif sans « casser l’ambiance » ? Et comment le mettre ? Sur scène, sans inhibition, sans provoquer de gêne, une lycéenne enfile triomphalement un vrai préservatif sur une banane en plastique. Musique.

Luc Cédelle

et en plus développé sur le Blog de Luc Cédelle, du Monde :

http://education.blog.lemonde.fr

jeudi 25 août 2011

Adrien Béal, Théâtre Déplié

Blog de l’été : l’actualité artistique des comédiens qui travaillent régulièrement avec Entrées de jeu
Je m’appelle Adrien Béal, je travaille avec Entrées de jeu depuis 2004. Je joue dans certains spectacles et je joke dans d’autres.
Parallèlement, je travaille comme metteur en scène, notamment au sein de ma propre compagnie que j’ai créée en 2007, le Théâtre Déplié.
J’ai mis en scène des textes d’auteurs contemporains (Michel Vinaver, Roland Schimmelpfennig…) et j’ai récemment monté une pièce d’Henrik Ibsen, Le Canard sauvage.

En mars 2011, j’ai créé « Il est trop tôt pour prendre des décisions”, un spectacle inspiré d’une pièce de Pasolini et qui s’appuie sur l’improvisation. Ce spectacle sera rejoué en janvier 2012 à l’Atelier du Plateau, Paris 19e et au théâtre de Vanves.
J’anime aussi régulièrement des ateliers théâtre avec des adolescents.
De la mise en scène à l’encadrement d’ateliers, en passant par le travail en improvisation, les allers-retours entre mes projets personnels et l’activité avec Entrées de Jeu sont une richesse pour mon parcours.

mardi 23 août 2011

LES PORTES DU TEMPS

Chaque année, Entrées de jeu est sollicité pour participer à l’opération Les portes du temps organisée à l’initiative du Ministère de la culture dans des sites patrimoniaux nationaux.

Pour la quatrième année consécutive, Ydire Saïdi menait un atelier Conte autour du plaisir des rois et des reines au Château de Fontainebleau.



Et à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Isabelle Péry animait un atelier Slam.

Isabelle Péry, comédienne, formatrice et animatrice de débats théâtraux depuis près de 20 ans dans la compagnie :

Cet été, du 5 au 22 juillet, j’ ai animé des ateliers « SLAM » à la cité nationale de l’histoire de l’immigration avec des groupes d’une douzaine de jeunes âgés de 9 à 15 ans.

J’ai créé cet atelier en étant au plus proche de l’exposition.

Je suis partie de 80 mots sélectionnés dans l’exposition et issus de l’immigration. Avec, j’ai guidé les enfants vers l’ écriture de « slams ».

En petits groupes, ils ont collecté 3 mots chacun dans les 80 mots proposés, en ont découvert l’étymologie et nous l’ont faite partager.

Ils se les sont appropriés émotionnellement pour en dégager une force poétique.

Le slam est un art d’expression populaire orale où la sincérité, le réalisme, l’engagement sont nécessaires.

J’ai donc utilisé des jeux ludiques pour développer leur écoute, leur concentration et une gamme d’émotions utiles pour cette écriture.

La contrainte était de commencer le slam avec une première phrase imposée : « l’immigration c’est… » ou « si l’immigration c’était… »

À la fin de l’atelier, chaque groupe présentait son slam, micro en main, face aux autres en faisant claquer les mots.

Les enfants sont repartis avec une copie de leur slam.

Certains ont eu envie de continuer : ce moment fut une véritable révélation !

En peu de temps, ils sont devenus de vrais gladiateurs du verbe !



Voici un slam de l’un des groupes :

Si l’immigration c’était la libération

Si chaque gitan, caïd et lascar était dans la bonne direction

Ça serait cool, ça serait la révolution

A chacun son eden

Pas besoin de drogue pour rester zen

Quitter son bled pour éviter le calvaire,

On prend l’air pour ne pas être bouc émissaire

Et partager nos richesses

samedi 20 août 2011

David Farjon et Zoumana Meite, Légendes Urbaines

Blog de l’été : l’actualité artistique des comédiens qui travaillent régulièrement avec Entrées de jeu
Je m’appelle David Farjon, je travaille pour Entrées de jeu depuis 2005. Je joue dans certains spectacles et je joke également.
En mars 2011, j’ai créé la compagnie de théâtre Légendes Urbaines avec Zoumana Meite, également comédien à Entrées de jeu, après la co-direction de la compagnie Lavomatic pendant 5 ans.
Avec Zoumana Meite, nous avons décidé de créer Légendes Urbaines car nous avions envie de travailler ensemble, et de développer des projets différents.

Le premier projet de Légendes Urbaines à démarré en fait en septembre 2010 : je suis parti en République Démocratique du Congo pour monter la pièce Noires de Rolland Fichet avec des acteurs de Lubumbashi. Nous avons rejoué ce spectacle en avril 2011 dans les Instituts français de Kinshasa et de Lubumbashi.
Actuellement, nous sommes en cours de création de la pièce « Comme j’étais en quelque sorte amoureux de ces fleurs-là ». Nous écrivons ce spectacle en partant d’improvisation et en utilisant des enregistrement de sons urbains.

vous trouverez quelques infos sur notre page Facebook : Cie-Légendes-Urbaines.

lundi 15 août 2011

Céline Dély, La compagnie des choses

Blog de l’été : l’actualité artistique des comédiens qui travaillent régulièrement avec Entrées de jeu
Je m’appelle Céline Dely et je travaille au sein de la compagnie Entrées de Jeu depuis 2006. Parallèlement à cette activité, j’ai fondé en 2007 ma propre structure théâtrale : La Compagnie des Choses, qui est aujourd’hui installée à Lille. Elle réunit une équipe d’artistes pluridisciplinaires, ayant pour volonté commune de diffuser des textes de jeunes auteurs dramatiques contemporains traitant de problématiques citoyennes.
Nous travaillons notamment avec les jeunes gens issus du département « Ecriture Dramatique » de l’ENSATT (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), à Lyon. Ainsi, en 2011, la compagnie a créé le spectacle ENCORE UN JOUR SANS, de Samuel Gallet.

Encore un jour sans
A la périphérie d’une grande ville, un hangar sur une friche industrielle. Deux faux frères, Yarold et Simon, y vivent, y rêvent, y espèrent. Simon est mentalement, physiquement, socialement inadapté. Yarold, ligoté par une promesse faite à un père mort, s’occupe de lui, ainsi que de Magda, vieille et mourante. Il voudrait partir avec Anita, la serveuse du bar 64. Pour aller où ? Ce « Des souris et des hommes » urbain interroge les rapports de force, de pouvoir, d’exclusion, dans un système où l’enfermement social, intellectuel et géographique des uns conditionne inexorablement le destin de ceux qui sont tout près.

Après une création au Théâtre Massenet à Lille, nous avons repris le spectacle pour une série de représentations au Théâtre de la Verrière en mai dernier. La création a reçu le soutien financier de la Région Nord Pas-de-Calais, et nous lui souhaitons une longue vie !
En 2012, la jeune équipe de La Compagnie des Choses s’associe à l’artiste François Riou pour créer SURNATUREL. Partant des œuvres de ce plasticien, le projet, multiculturel, réunit auteur, comédien, marionnettiste et vidéaste qui mutualisent leur compétences artistiques afin d’inventer ensemble un parcours transversal sur la biodiversité végétale et entomologique.

Pour en savoir plus sur nos activités, vous pouvez vous rendre sur notre site internet, en construction : www.lacompagniedeschoses.net ! Il est réalisé par David Chamalet, comédien d’Entrées de Jeu, illustrateur du Kamishibaï de Fabien Arca, et webmaster à ses heures, entre autre du site du Théâtre Déplié d’Adrien Béal également comédien d’Entrées de Jeu … A bientôt !

mercredi 10 août 2011

Valérie Bordet, crieuse publique

Blog de l’été : l’actualité artistique des comédiens qui travaillent régulièrement avec Entrées de jeu
Je m’appelle Valérie Bordet. Je suis comédienne et meneur de jeu à Entrées de jeu depuis 14 ans.
Depuis plus de trois ans, un collectif de comédiens se retrouve un vendredi par mois au bar Le 96, dans le 20ème arrondissement, 96 bd de Charonne, pour des criées. Le principe est simple : une boîte aux lettres bleue recueille tous les mots des badauds et fidèles clients, puis le jour J, après l’annonce à la cloche de l’ouverture de la boite aux lettres, les crieurs lisent à haute voix les mots, poèmes, petites annonces ou cris politiques… sans aucun jugement ni commentaire….
 » Vous avez un mot sur le cœur ; vous n’avez jamais osé le dire ; écrivez le et nous le crierons pour vous « .

Une criée se déroule généralement en trois temps : des petits papiers sont redistribués et chacun peut ainsi se répondre… entre deux criées, Marie et ses « tabliers volants » préparent des plats délicieux et les soirs de criée, on peut alors se restaurer pour 2 ou 3 euros ; le prix de revient des plats est indiqué et chacun met ce qu’il veut ou peut dans une boîte !!
IDTGV a fait appel aux crieurs pour la Saint-Valentin et nous avons ainsi déclamé dans le bar du TGV ou à l’oreille des passagers des mots d’amour ou des déclarations enflammées !!!
Cet été, le 5 aout à Granville dans le cadre de « Lire à la plage », j’aurai le plaisir d’errer de transat en transat avec mon pliant bleu océan en proposant 30 secondes ou une minute de poésie marine aux estivants… en espérant éviter les coups de pelle des ronchons…
L’été dernier sur les bords de Loire, j’ai pu tester une version criée / orgue de barbarie… ou comment agrémenter mots et chansons!
Ce principe vieux comme le monde fonctionne encore ; comme quoi le public est décidément prêt à prendre la parole ou en tout cas faire entendre ses mots dès qu’on lui en offre l’espace… comme sur une scène de débat théâtral finalement !!!!

jeudi 4 août 2011

Paule Schwoerer avec la Compagnie Les armoires pleines

Blog de l’été : l’actualité artistique des comédiens qui travaillent régulièrement avec Entrées de jeu
Je m’appelle Paule Schwoerer. J’entame ma deuxième année à Entrées de Jeu. Je joue dans le débat théâtral « Pas si simple… mais pas si compliqué non plus ».
 
Par ailleurs, depuis 2008, je travaille pour la Compagnie Les armoires pleines. Cette compagnie de théâtre de rue, créée sous l’impulsion de Laura Dahan et Stéphanie Sacquet, a comme ambition d’établir un dialogue entre les arts plastiques et les arts vivants.

Après avoir joué la création « Fantaisie Monstrueuse » (poème visuel sur un vieux manège) en août dernier au Festival d’Aurillac, nous avons débuté une tournée estivale avec notre nouvelle création. « Les baraques des Soeurs Langlais » se présente comme une série d’entresorts sur la notion d’étrangeté.

Les dates de représentations sont les suivantes :
– Festival Et 20 l’été : 19 juin, Ville de Paris
– Festival Scènes de rue : 15 et 16 juillet, Ville de Mulhouse
– Festival Uburik : 20 et 21 juillet, Ville de Prémilhat (Vallée de Montluçon)
Une résidence de création, avec une présentation du travail, est également prévue pour septembre 2011 au Chapiteau d’Adrienne (Ville de Ris-Orangis).

En tant que comédienne, c’est enrichissant de se confronter à ces deux univers aussi différents, le débat théâtral et le théâtre de rue.